Le Mont Valier

Publié le par jean claude

Ce week-end au Mont Valier a tenu toutes ses promesses. La météo a daigné nous épargner et ce n'était pas gagné d'avance. 1800 m de dénivelé c'est beaucoup, surtout s'il faut les redescendre, les genoux souffrent. Alors, le bivouac au Refuge des Estagnous s'est imposé de lui-même.

Donc, départ Samedi matin sous le soleil, nous sommes 10 (Didier souffrant nous a abandonné, bon rétablissement et à bientôt), la forme est bonne , la bonne humeur est générale, tous sont impatients de se frotter au mythique Valier et piétinent dans les starting-blocks. La première heure est tranquille, le sentier chemine et s'élève paresseusement le long du Ribérot, que j'ai décidé arbitrairement de prendre rive droite. Le chemin est meilleur rive gauche, mais le souvenir de chaussures et de pieds mouillés au franchissement du ruisseau au pied de la cascade m'a incité à ce choix. Mauvaise pioche, la passerelle métallique est bien présente cette année, contrairement à l'année dernière où elle avait été emportée par les crues d'hiver.

Une première pause nous permet d'admirer comme il se doit cette très belle cascade de Nérech, encore une, et on ne s'en lasse pas. Alors, profitons-en, nous ne sommes pas pressés, nous avons toute cette journée de grand soleil pour arriver jusqu'au refuge.

Les choses sérieuses commencent. On devine le sentier qui s'élève en lacets tout au long de la cascade, le prochain objectif est clair pour tout le monde, il faut arriver là-haut, au sommet de la cascade. Et le profil n'est plus le même, la pente est raide, le sac à dos beaucoup plus chargé qu'à l'habitude, tout le monde se tait, se concentre sur sa respiration et monte en évitant de se mettre dans le rouge. Comme nous ne sommes pas pressés, nous multiplions les pauses et c'est encore en très bonne forme que nous atteignons la Cabane des Caussis. 

Voilà 800 m d'avalés tranquillement, c'est le moment du repas, une bonne bouteille de vin circule, il n'y a pas de mal à se faire du bien, hein ?

Comme tout le monde .....ou presque .....est dans une forme optimum, nous décidons de faire le détour par l'étang Rond, il en vaut vraiment la peine, et puis l'idée générale c'est d'y faire trempette. Sauf que, il faut être pingouin comme Richard ou otarie comme Isabelle pour s'y ébattre sans être immédiatement transformé en iceberg. J'ai essayé, mais j'ai renoncé. La température ne doit pas dépasser 8° (l'information nous sera fournie plus tard par le gardien du refuge), nos deux loustics ne sont décidemment pas comme tout le monde, ils doivent avoir du sang de phoque dans les veines !!!!!!!!

Allez, il est temps de finir la grimpette du jour jusqu'au refuge qu'on aperçoit là-haut, en levant la tête, 400 m de dénivelée que tout le monde va avaler avec une facilité déconcertante. C'est quoi cette potion magique !!!, eh les gars (et les filles), ce n'est pas le Tour de France ici, ni EPO ni amphétamines hein, juste un coup de rouge à la rigueur, à l'ancienne quoi .

Le refuge des Estagnous est impeccable, tout neuf, avec des petits dortoirs de 12 personnes, parfait pour nous. Ce dortoir, on va immédiatement le transformer en tripot. Enfin, juste après la douche... glacée !!. Cette eau de fonte des neiges est sans doute très "revigorante", mais rester dessous plus d'une minute relève de l'exploit. Un tripot donc, nous allons entamer une partie de tarot qui va très vite dégénérer en .....n'importe quoi....., puisqu'il faut à la fois apprendre les règles aux filles (ah! les filles!, ah! les filles, elles nous rendent marteau ....."air connu") et se concentrer sur le jeu, et c'est difficile.

Le repas ? Très bien, une soupe à l'ail succulente et un très bon cassoulet, tout cela à volonté. Et bien sûr, on va encore se faire remarquer, entre les plaisanteries douteuses, les histoires de Raphaël, tout cela procure bien des occasions de rire bruyamment, bref vous l'aurez compris, l'ambiance est au beau fixe comme la météo (malgré la brume du soir) et elle le restera .......mais c'est une autre histoire .....pour l'instant c'est dodo  .....très peu.....

Et la suite c'est demain.

P1000101.JPG

             un orri construit sous la roche, au pied d'une très belle source



P1000103.JPG

                                                  la cascade de Nérech



P1000108.JPG

                                                  La vallée du Ribérot



P1000113.JPG

                                          L'étang Rond et ses plagistes



P1000115.JPG

                      L'étang Rond .... ou le lagon d'une île du Pacifique ??

P1000118.JPG

                             Le même........en montant vers les Estagnous

P1000120.JPG

                                           Bonne ambiance au Refuge

Commenter cet article

CATALANE 15/08/2007 07:41

Ah, j'espère que vous le referez l'an prochain le Valier .... Je connais bien sur la vallée du Riberot, et nous sommes montés à la cascade du Nérech avec nos amis de Bonac. Très beau ... J'attends la suite avec impatience ! bises

syldu29 14/08/2007 17:00

Quelle belle rando. Le lac est d'un bleu...J'imagine l'ambiance dans le refuge.  Je repasse demain pour la suite. Bonne fin de journée.