Les Gorges de la Frau

Publié le par jean claude

Ces Gorges de " l'effroi ", c'est vrai qu'elles ont des falaises impressionnantes. On se sent vraiment tout petit sur ce sentier qui serpente tout au fond . La montée en guise de hors d'oeuvre dès la descente de voiture durcit nos petits mollets pas encore échauffés.

A mi-chemin, une curiosité. Le lit à sec du ruisseau qu'on longe depuis le départ devient un très beau ruisseau au débit copieux. Qu'est-ce à dire ? Le rusé Laurent découvre l'endroit exact où ce ruisseau est littéralement absorbé dans une faille et disparait totalement.

En dignes héritiers d'Hercule Poirot et de l'inspecteur Bourrel (bon Dieu mais c'est bien sûr) (ceux de ma génération se reconnaîtront), nous mênerons l'enquête et, fiers comme des bars-tabacs dirait Coluche, nous retrouverons la résurgence 3 ou 4 kms plus bas. Enigme résolue, ouf !

Elles sont décidément très mystérieuses ces gorges. Une autochtone rencontrée un peu plus tard nous confiera, entre autres secrets plus ou moins ésotériques, que si on sait se mettre au diapason de cette ambiance de mystère, nous entendrons le "murmure des âmes".

Sans doute que nous n'avons pas assez écouté, ou alors sommes-nous trop barbares, mais les âmes errantes de ces Gorges nous ont traité avec le plus grand dédain et n'ont pas daigné nous adresser la parole. Quelle déception !!

Après le Col de la Gargante, l'objectif final de cette balade, c'est le Belvédère du Pas de L'Ours. Comme j'avais déjà fait cette rando avec Isabelle, je vous décris le spectacle, suivez le sens de la visite et n'oubliez pas le guide.

Tout au fond ( + de 700m quand même ), au bas de ces falaises impressionnantes: le sentier par lequel nous sommes montés.

Devant nous, très loin: le Château de Montségur, le dernier à capituler dans les flammes pendant la Croisade contre les Albigeois.

En face de nous: La Montagne de la Frau encore enneigée.

Sur notre gauche, en arrière-plan: le Pic de Saint Barthélémy enneigé lui aussi. Vous voyez, ça ne coûte pas obligatoirement très très cher des vacances à Saint Barth.

Si j'essaye de faire une description la plus fidèle possible de ce panorama, c'est qu'on a rien vu de tout ça.

Une brume épaisse comme du coton hydrophile, c'est tout ce qu'on a vu. C'est devenu une de nos spécialités  cet hiver, il suffit qu'on se donne comme objectif un point de vue, un panorama, un belvédère et hop à l'arrivée: "circulez y a rien à voir".

Inutile de rester en ces lieux inhospitaliers, on continue la balade par le Col de Lancise et après une petite boucle on retrouve notre sentier avec au loin le Col de la Gargante où nous étions 1h00 avant et qui miraculeusement est maintenant entièrement dégagé, la brume a disparu. Oh rage, oh désespoir, la malédiction nous poursuit !

Tant pis, on l'apprécie ce retour sous un grand soleil qui donne à nos visages ce hâle qui nous va si bien. Après tout, on revient de Saint Barth, hein !

Un petit détour par Mirepoix pour se désaltérer, c'est toujours un plaisir particulier ce pot sur cette place magnifique sous les arcades. Il faudra quand même que je fasse des photos un de ces jours.

Et voilà c'est déjà fini.......

 

la suite à Dimanche prochain.

 

 

Le Belvédère du Pas de l'Ours dans la brume

 

 

Le ruisseau: quelques mètres plus loin, il est sec, il a disparu dans une faille

 

 

Le Saint Barthélémy enneigé

 

 

Les Gorges

 

 

Quel nom pour ces petites fleurs ??????? Un avis ? Eh non, Chantal, bien essayé, mais ce n'est pas l'anémone pulsatile. 

Ajout du 17-04:

J'ai trouvé, ce sont des fleurs de la famille des Renonculacées : Hépatica Nobilis qui fleurissent en mars-avril dans les Pyrénées en-dessous de 2200 m

 

Commenter cet article

Francisco 18/04/2007 23:40

Bonsoir.
Je viens pour te remercier à mon tour pour les votes.
Concernant ta bannière, les deux bandes noires en haut et en bas, très certainement que la cause est le format que tu l'as donnée lors de l'hébergement, il faut que tu donnes les memes dimentions que la bannière.
Au plaisir de te lire, si tu as un problème tu me fais signe