Rustrel ou le Colorado Provençal

Publié le par jean claude

Ce Colorado Provençal, c'est l'histoire de l'exploitation de l 'ocre dans cette région du Lubéron, c'est-à-dire: Apt, Roussillon, Gargas, Rustrel.

L'OCRE:

Il y a 100 Millions d'années, des sédiments marins émergèrent de la mer à la suite de la formation des Alpes. A l'époque, cette région était soumise à des conditions tropicales humides qui provoquèrent une altération de ces sédiments qui se colorèrent par cristallisation des minéraux.

Du blanc le plus pur au rouge le plus foncé, en passant par toutes les nuances de jaune et d'orange, la palette de couleurs est infinie. Elle paraîtrait même très exagérée si un peintre se mêlait de vouloir reproduire ce que seule la nature, dans sa vision anarchique des choses, est capable de créer.

Le résultat, c'est l'ocre, formé de de l'association de 3 éléments:

- le quartz qui forme le sable

- la kaolinite: une argile très pure

- la goethite: pigment ferrugineux qui est l'ocre proprement dite, pigment naturel utilisé dans l'industrie alimentaire et cosmétique ou pour colorer les papiers peints par exemple.

L'ocre a été largement exploitée dès la fin du XVIIIe siècle soit dans des carrières à ciel ouvert comme à Rustrel soit dans des mines comme à Gargas. Mais de 40 000 tonnes en 1900 , la production d'ocre n'est plus que de 2 000 tonnes aujourd'hui.

Le résultat, c'est la mise à disposition des marcheurs que nous sommes, de 3 balades que nous avons enchainées, Dominique et moi, dans la journée, soit 5 heures de marche environ avec à peine 200 m de dénivelée. Mais au total, il faut compter 6 à 7 h00 de balade pour profiter au maximum de ces 3 sites.

Et là, je vais avoir du mal à trouver de nouveaux adjectifs suffisamment dithyrambiques pour rendre compte de notre émerveillement, alors on va faire simple. C'est beau, mais beau que ça en peut plus, du vrai beau de chez beau.
Ce parcours mériterait mieux, en enchaînant ces 3 balades le plaisir des yeux est absolu. Il y a de la magie dans ces combinaisons de couleur de l'ocre.

Nous débutons notre journée par le site des "cheminées des fées". On en prend plein les yeux d'entrée.

Ces cheminées ocre rouge qui s'élancent vers le ciel ont quelque chose de magique, de sacré. C'est irréel, le silence s'impose, on admire c'est tout.

Juste une déception, les fées nous ont snobés, elles ne se sont pas montrées . Dommage, c'est parce que nous ne sommes pas des "Initiés" probablement, et pourtant j'aurais volontiers fait la causette avec elles. C'est que j'en aurais eu des choses à leur dire et des questions à leur poser. Tant pis ...

Nous enchaînons par la visite du "Sahara". C'est probablement dans ce secteur que les strates, les enchaînements de toutes les nuances de couleur de l'ocre sont les plus spectaculaires et les plus fabuleuses. Ce "Sahara" est tout petit évidemment, mais il mérite bien son nom. Avec un peu d'imagination et du rêve plein la tête, on pourrait presque voir surgir Charles de Foucauld sur son méhari au détour d'une dune.

Ces 2 sites sont rapidement parcourus, 1h30 environ. Et il est préférable de les aborder très tôt, comme nous l'avons fait, vers 9h00 si possible. Parce qu'après, c'est déjà trop tard. Ces 2 sites étant faciles d'accès, c'est la foule, compacte, braillarde, en tongs et en baskets. Pas vraiment la tasse de thé du randonneur de base, hein !!!

Le vrai parcours de rando commence ensuite. 2 options se présentent: soit par le cirque de Barriès, soit par le sentier de la Combe étroite. C'est cette dernière que nous avons choisie. Un très beau sentier qui passe par une ancienne carrière d'ocre, encore des belles photos à faire, puis en fin de montée (vraiment pas difficile), nous débouchons au sommet de la falaise avec une très belle vue d'ensemble des sites où nous nous trouvions quelques heures plus tôt, ainsi que du village de Rustrel.

La balade se poursuit (prendre à droite, à gauche c'est "danger") sur ce même très agréable sentier qui nous emmène à la Croix de Christol, puis à la Croix de Muset par le Camping du Colorado, où nous allons traverser un site d'ocre du blanc le plus pur avec au pied un monticule jaune d'Or. Moi ça me stupéfie toujours ce genre de choses. Comment c'est possible? Comment la nature, toute seule, comme une grande, s'est débrouillée pour composer un tableau aussi harmonieux ? Je trouve ça magique !!

Voilà, toute cette balade s'est déroulée sous un soleil de plomb, avec heureusement des passages en sous-bois rafraîchissants. Alors, un conseil: cette balade, l'été, il faut la faire dès le petit matin, parce que au mois d'Août à 15h00 elle doit être particulièrement éprouvante.

 

                               Quelques photos des "cheminées des fées"

 

 

 

 

 

 

 

Demain, des photos du "Sahara"

 

 

 

Commenter cet article

CATALANE 30/05/2007 06:20

Merci pour ce bel article ! et pour ces photos magnifiques qui me rappellent de beaux souvenirs ! Je savais que vous alliez adorer !!! bises à tous les deux.