L'étang bleu

Publié le par jean claude

Pleuvra?? pleuvra pas??? C'est la question du jour, celle qui anime tous nos Dimanches depuis de longues semaines. Alors on va l'évacuer tout de suite. Il a fait beau, jusqu'à 15h00, puis nous avons sorti les ponchos, comme d'habitude, et nous les avons repliés un quart d'heure plus tard, après une petite ondée dont le principal résultat a été de nous gâcher (un peu) le paysage et de faire galoper Lyli qui n'aime pas se mouiller, tout le monde le sait.

Encore une bien belle balade, à travers la hêtraie d'abord jusqu'à la jasse de l'étang Bleu. Les pentes sont rudes, un peu moins de 800 m de dénivelée, sans beaucoup de répit ni de temps mort. A l'arrivée dans la jasse, on se rend compte qu'il a beaucoup plu sur les Pyrénées ces dernières semaines, parce que nous pataugeons dans un sol spongieux qui dégorge d'eau. Tant mieux, il le fallait, c'était nécessaire.

Il est beau cet étang au pied du Pic de Peyroutet et du Col de la Couillate. Très élégant, très distingué le nom de ce Col. Nous n'en connaissons pas l'origine, mais peu importe, il a eu beaucoup de succès dans notre groupe. Quant à cet étang Bleu, encore un !! (quel manque d'imagination), eh bien ...... il est ..... vert !!!!.

Un groupe de pêcheurs de truites a installé son campement sur sa berge Nord, ils sont nombreux, mais l'arrivée annoncée et prochaine des orages les fait plier bagages.

3 de nos petits camarades vont aller voir de plus près à quoi ressemble ce Col de la Couillate, 160 m de dénivelée supplémentaire. L'idée générale étant de repérer l'itinéraire qui permet, de ce col, de rejoindre le Pic des 3 Seigneurs, en vue d'une future balade.

Ce pic des 3 Seigneurs, nous irons le 01-07, mais par le Sud, par le Port de Lers.

Et c'est pendant cette quasi sieste au soleil, en regardant s'échiner sur la pente nos 3 petits camarades, que sournoisement, la brume montant de la vallée derrière nous, nous fait comprendre qu'il est temps de penser à la descente.

Vite Lyli......plus vite, quelques gouttes vont la faire galoper dans la pente, on ne la reverra qu'en bas, au bord du ruisseau, lézardant au soleil (il ne nous a pas abandonné très longtemps), sur son caillou.

Et pourtant, il fallait prendre son temps à la descente. Prévenus par des randonneurs qui ont fait ce parcours en sens contraire, nous avons vu l'Ours, ou plutôt la trace de l'Ours: une belle empreinte de sa grosse "patoune" dans la terre mouillée. Sur la photo, elle n'est pas évidente au milieu des autres traces de pas, bien humaines celles là, mais de visu elle est belle et très nette. On en a vu des empreintes d'animaux, de toute nature et de toute espèce, mais l'Ours, c'est une première.

Un jour, peut-être, il nous fera l'honneur de nous saluer (de loin, c'est mieux) et de poser pour la photo. On peut rêver, non ????

Plus bas, nous dominons le "glacier d'Embans" au pied du Cirque du même nom. Ce fameux glacier n'est plus qu'une légende, il n'existe plus qu'à l'état de névé. Mais lorsqu'on sait qu'avant l'invention du réfrigérateur, les hommes de Rabat, Gourbit ou Lapège, venaient de nuit, arracher au glacier des blocs de glace pour les redescendre (sur leur dos) dans la vallée, les charger sur des carrioles qui les transportaient ensuite à Toulouse ou Montauban, eh bien ......ça force le respect. C'étaient des HOMMES, ça, Monsieur !!

La conclusion de cette anecdote, c'est que la température est sacrément plus élevée qu'il y a un siècle, parce qu'aujourd'hui, au mois de juin, de la glace il n'y en a plus du tout. Alors, encore une fois, le réchauffement de la planète, ce n'est malheureusement pas une vue de l'esprit, il suffit d'ouvrir les yeux pour en mesurer les conséquences.

 

                                                              L'étang Bleu

 

 

              Le groupe: en admiration devant l'étang Bleu, après l'effort

 

        L'étang Long, sur le chemin du retour, je m'aperçois que je n'en ai pas parlé

 

                                    Une kyrielle de petits étangs sans nom

 

Ce qu'il reste du Glacier d'Embans, au pied de la Cascade, dans la brume et sous l'orage

 

                    La grosse "patoune" de l'Ours, à droite, au milieu de la photo

 

 

Commenter cet article

CATALANE 12/06/2007 07:21

Superbe reportage ! J'aurais bien aimé être avec vous ! L'an prochain, certain, je participerai .... retraite oblige !!! Impressionnante la trace de l'ours ! J'en ai vu un de près au Québec, et je n'en menais pas large !!! Bises