Les gorges du Tarn: suite et fin

Publié le par jean claude

Dernière étape de notre week-end: L'Ermitage Saint Michel

Au cours d'une discussion avec Bernard, le patron du gîte qui nous accueille, celui-ci nous conseille d'aller faire la rando de l'Ermitage Saint Michel plutôt que le Roc de Hourtous dont l'accès au belvédère est aujourd'hui payant. On finira par voir des péages à chaque entrée de sentier, j'en ai bien peur, le touriste doit repartir pressuré, essoré, les poches vides.

Nous suivons son conseil, après tout, pourquoi pas, des randos dans ce secteur il y en a des dizaines, pourquoi payer ce qui est gratuit juste à côté.

Donc retour au Rozier pour effectuer une remontée de la Jonte sur sa rive gauche à travers bois (chênes blancs, pins, buis, cornouillers ...). La montée est d'abord tranquille mais petit à petit la pente s'accentue avant d'arriver aux ruines de l'Ermitage Saint Michel. Il est nommé ainsi depuis un siècle sans aucune preuve de sa vocation à la méditation et à la contemplation, si ce n'est en raison de la présence de vestiges d'une chapelle pré-romane. Selon d'autres écrits, il pourrait s'agir en fait du poste avancé du Château de Montorsier aujourd'hui disparu.

Quoi qu'il en soit, ces ruines suspendues au-dessus des Gorges de la Jonte ne sont accessibles que par des échelles métalliques dont l'ascension reste délicate, mais le panorama du haut de ces ruines est somptueux. Nous avons sous les yeux le Cirque de Madasse, les corniches du Causse Noir, les Gorges de la Jonte et de nouveau le rocher de Capluc et les vases de Sèvres et de Chine.

Et, perché à la cime d'un rocher proche, c'est un vautour qui nous observe, intrigué sans doute par ces ermites étranges et bruyants. La mauvaise exposition de ce rocher au soleil ne permet pas, hélas, d'en faire une photo convenable.

Un peu plus loin, au cours de notre repas, ils viendront en nombre (les vautours) décrire leurs arabesques autour et au-dessus de nous, profitant des courants ascendants pour évoluer et prendre de l'altitude sans donner un coup d'ailes. Avec beaucoup d'aisance et de grâce ils accomplissent leurs ballets devant nos yeux brillants. Nous avons déjà assisté à un tel spectacle de très très près comme aujourd'hui, c'était au Quié de Lujat à Tarascon sur Ariège l'année dernière, mais on ne s'en lasse pas. Tous les Dimanche, nous sommes preneurs...... s'ils le veulent.

Il faut bien repartir pourtant, ce sentier en corniche offre des points de vue inouis sur la vallée tous les 100 m, jusqu'à cet énorme rocher posé sur le plateau, terme de notre ascension du jour. Il porte le nom de Champignon-Préhistorique, il est posé là, tout seul, comme arrivé par on ne sait quel miracle sur ce plateau tout plat.

Les choses sérieuses commencent (pour moi) avec cette descente, raide, technique et je vais avoir l'occasion de vérifier que cette entorse faite Samedi n'est pas aussi légère que je l'imaginais. Ma descente est pénible, douloureuse, je retarde tout le monde et c'est avec soulagement que j'en vois la fin.

Ce séjour se termine autour d'un verre juste au moment où une toute petite pluie vient nous rappeler que finalement nous avons eu de la chance, nous avons eu du beau temps aujourd'hui.

Pour finir comment ne pas dire quelques mots du gîte "Les Fleurines" qui nous a accueillis pour deux nuits. Il est absolument superbe, tout en pierres, avec ses toits de lauzes posées sur une construction en ogives datée de ....1738 !!! Perché au-dessus du village appelé Les Vignes, il offre un point de vue tout à fait exceptionnel sur la vallée du Tarn, qui vaut bien celui appelé "Point Sublime" qui lui, domine les Gorges. Nos hôtes, Bernard et Nathalie, pratiquent une cuisine familiale, simple mais excellente et fabriquent des confitures dont je ne dirai rien de leur originalité parce qu'ils aiment jouer aux devinettes avec leurs clients. Mais ......le majordome Nathalie manque de "souplesse relationnelle", il faut le savoir ......et s'y faire.

 

                      La Jonte, en regardant bien on pourrait presque voir les truites

 

                     Les échelles qui mènent aux ruines de l'Ermitage Saint Michel

 

                                                          l'Ermitage Saint Michel

 

                                                    Mais oui  .....  ils sont contents d'être là

 

                                                                  Encore l'Ermitage

 

                                                Le Champignon Préhistorique

 

 

 

 

Commenter cet article