Les Gorges du Tarn en canoë

Publié le par jean claude

Suite de notre week-end dans les Gorges du Tarn:

Ce Dimanche matin, réveil aux aurores, j'accompagne Chantal G. au départ de sa rando du jour. Eh non, Chantal n'aime pas l'eau. Elle préfère effectuer, en solitaire, une longue balade qui lui permettra, entre autres, de découvrir les ruines d'un village troglodyte: Les Eglazines, ainsi que le très beau cirque de Saint Marcellin. Encore un très beau parcours à faire .....une autre fois.

Le ciel est uniformément bleu azur, et après un petit déjeuner copieux, c'est remontés comme des pendules (traduction: très excités) que nous prenons la route pour le Cirque des Baumes où nous attendent nos bateaux.

Ils ne sont pas tous fiers nos petits camarades, certains appréhendent ce parcours, d'autres au contraire se font un malin plaisir de durcir le trait en évoquant des rapides, des chutes d'eau, des hauteurs d'eau impressionnantes, tout cela devant être franchi en canoë évidemment. Au fur et à mesure, le visage de Soraya d'abord surprise, incrédule, puis franchement angoissée, se décompose et passe par toutes les couleurs pour se stabiliser sur un très beau"jaune-verdâtre" genre crise de foie. Il est temps de la rassurer avant qu'elle ne parte en courant.

C'est en bus que le loueur de bateaux nous emmène jusqu'au départ de la descente, et pendant tout le parcours il nous parlera de tous ces rochers aux formes étonnantes et qui portent tous un nom ....que j'ai oublié. Notre loueur a l'imagination débridée, il nous a montré 2 rochers qui se font face et qui sont supposés représenter Louis XIV et la Marquise de Maintenon ( à moins que ce ne soit une autre de ses nombreuses maitresses), et qui, au fur et à mesure de notre avancée sur la route, se rejoignent jusqu'à s'embrasser. Il m'arrive de délirer, mais là, j'ai trouvé mon maître.

Enfin le départ:

4 canoës bi-places, 2 kayaks mono-place constituent notre flotille. Ce n'est pas la grande Armada mais presque. Les équipages sont constitués au petit bonheur la chance, certains s'avèreront particulièrement efficaces, d'autres beaucoup moins.

Avant la première difficulté, une chute d'eau de 2 mètres, nous avons compris que l'équipage constitué de Martine et Soraya prend l'eau. Au lieu de descendre le courant, elles font des allers-retour d'une rive à l'autre, parcourant ainsi 3 fois plus de chemin, et elles râlent: un vrai bonheur.

Et bien sûr, à la chute d'eau, c'est le premier chavirage, pas méchant, mais prudemment nous changeons les équipages, avec succès cette fois, et par la suite Soraya démontrera qu'elle a vaincu sa phobie de l'eau. Victoire.

Puis il y a ce moment d'inattention. Nos tranquilles jeux aquatiques dérivent vers des courses poursuite, des abordages sauvages à coups de pelle.

"A moi,  corsaires, flibustiers et frères de la côte: Surcouf, Jean Bart, Duguay-Trouin ...., sus aux infâmes pirates au drapeau noir: Barbe Noire, La Buse, L'Olonnais .....pas de quartier !!! ..... pendez-les haut et court !!!!"

Comment ça je délire ??? A peine un peu.

Pendant ce temps là, Isabelle L. et Chantal B. qui étaient restées loin derrière ont chaviré, et Chantal, coincée sous le bateau lui-même enfoui sous une avancée rocheuse a bien failli se noyer. Heureusement, 2 Anglais qui passaient par là l'ont aidé à se sortir de cette situation délicate.

QUOI ?? des ANGLAIS ?? L'Anglais, l'ennemi héréditaire du corsaire bien franchouillard ??? Je cauchemarde !!! Après la honte, le déshonneur....

Et quoi d'autres après tous ces délires, me direz-vous. Y avait-il au moins quelque chose d'intéressant à voir ???   Ben, les Gorges bien sûr !!

C'est une autre vision évidemment, les perspectives sont différentes. Elles sont impressionnantes ces falaises qui se dressent verticalement jusqu'au ciel ... bleu ??? Bleu, il l'était depuis ce matin, mais voilà qu'il se charge d'énormes nuages noirs qui s'effondrent tout à coup sur nos têtes. Un orage de pluie et de grêle d'une rare intensité. Nous sommes déjà mouillés, soit, mais d'un seul coup il fait froid sur l'eau.

A peine 15 minutes cet orage, juste assez pour nous réfrigérer et nous couper l'envie de cette sieste au soleil que nous avions prévue dans le plus bel endroit des Gorges: "Les Détroits".

Et c'est tout tranquillement que nous rejoignons l'embarcadère après une dernière cocasserie dont nous gratifie Isabelle G. (vous suivez, c'est que c'est compliqué toutes ces Isabelle, toutes ces Chantal, on s'y perd).

Donc Isabelle chavire après s'être empêtrée dans les branchages. Lorsqu'elle émerge c'est pour constater que son kayak s'est fait la valise au gré du courant et qu'il prend un malin plaisir à descendre plus vite qu'elle ne peut nager. Même les insultes dont elle va le gratifier seront sans effet. Il s'en fout, il a décidé de vivre sa vie, libre. Heureusement pour Isabelle, des âmes charitables viendront à bout des vélléités d'évasion de son kayak et c'est tous ensemble que nous aborderons  la plage.

J'aurais bien aimé présenter quelques photos, mais nos appareils photos numériques n'étant pas waterproof, aucun de nous n'a voulu prendre le risque.

Mais faites marcher l'imaginaire et je suis sûr que vous les verrez  tous ces corsaires et ces pirates. Après tout, l'enfance n'est jamais si loin qu'on ne puisse y retourner quelques instants.

 

DEMAIN LA SUITE AVEC LA RANDO A L'HERMITAGE SAINT MICHEL

 

Commenter cet article